Rocher de Chalves : Arête sud

Après une petite heure de route, nous voilà à pied d’œuvre sur le parking de Mont-Saint-Martin, prêts pour l’objectif du jour : l’arête sud des rochers de Chalves, de quoi reprendre le scrambling tranquillement après 4 mois d’interruption. Enfin, tranquillement… Nous avons quand même signé pour 1100 m de dénivelé.

Continuer la lecture de « Rocher de Chalves : Arête sud »

Au pied du Pied Moutet

Sortie en mode « on verra bien jusqu’où… », en direction de Pied Moutet, et avec pour objectif de voir si du scrambling sur cette face serait possible.
C’est donc possible, mais pas particulièrement intéressant. Le rocher demande beaucoup de précautions, on est plus proches de la pile d’assiettes posées que d’un bon rocher solide. Peut-être qu’un itinéraire intéressant serait possible avec un peu de nettoyage, mais le rocher ne permet pas de grimper en confiance en l’état actuel.

Les photos sont là

Traversée Château Vert >> Palais

Sortie sympa, pas trop exigeante et relativement courte. L’humidité du rocher n’aide pas à grimper en confiance, et rend la cheminée bien glissante. En dehors de ça, cette arête offre le droit à quelques passages impressionnants, tels que le franchissement des crevasses de lapiaz avant le rocher du Château, ou encore les passages sur les dalles au-dessus des profonds et larges sillons du Palais.

Buachaille Etive Mor : Curved Ridge, retour par le Stob na Doire

L’Etive Mor figurait sur la liste des objectifs, mais par le Coire Na Tulaich et en rando. Cependant, en recoupant les infos de nos deux topos, il nous a semblé que gravir le sommet par l’arête se révélerait moins chiant (le sentier du Coire étant à priori mauvais sur le haut).
Du coup, nous partons pour la « Curved Ridge », mais en se garant à l’entrée du Lairig Gartain, notre point de chute du soir (compter une quinzaine de minutes en plus pour l’approche).
Après une approche un peu chiante et avoir laissé passer les 7 personnes qui nous suivaient, toutes parties dans le Rannoch Wall, nous attaquons décordés.
Devant le caractère « aérien » de l’itinéraire, nous nous encorderons assez vite, et continuerons assez tranquillement jusqu’au dièdre. Je tente de passer par la droite : ça passe mais le rocher est pourri. Jéro passe en plein dedans. Dans tous les cas, le plus dur est de prendre pied dans le dièdre, ensuite ça va mieux.
Une fois en haut, nous choisissons de ne pas enchaîner avec l’ascension de la Crowberry Tower, et tirons en rive droite de la goulotte au-dessus, pour atterir juste sous le sommet.
Après le repas, nous suivons la crête, passons par le Stob na Doire avant de redescendre au col en-dessous pour prendre le sentier qui nous permettra de rejoindre le Lairig Gartain et, au bout, le camion (et les tongs, indispensable après tout ce temps dans les grosses…).