Refuge des 7 Laux depuis Fond de France

Après avoir pas mal hésité, je me décide à partir pour les 7 laux en mode fast & light. Peut-être même un peu trop light…

La première partie du sentier, après l’école d’escalade, déroule assez bien. Assez rapidement, j’arrive aux deux ruisseaux, le point où les deux sentiers possibles se séparent. J’opte pour celui de droite, qui passe au pied de Chaurionde.

Quelque part sous Chaurionde, avec l’objectif au fond

Le sentier alterne les montées relativement raides et les replats (sans lesquels l’itinéraire pourrait probablement prétendre au titre de KMV).

Le Roc de Pendet se dresse au-dessus du plateau des 7 Laux

Le ciel dégagé de la vallée laisse place, petit à petit, à un plafond nuageux heureusement au-dessus du plateau.

J’arrive finalement au premier lac, le Lac Noir, après 1 000 m de D+ avalés en 1h30, soit environ 730 m/h. Un score plutôt satisfaisant, mais je suis ici en limite de mon endurance dans ces conditions (petit sac, petites chaussures…). Il n’aurait pas fallu que ce soit plus long, je suis fatigué et j’ai besoin de manger. Poser le sac, fouiller à la recherche du paquet de gâteaux… Tiens, il n’est pas là ? Il semblerait que je sois effectivement parti un peu trop light. C’est la galère…

Le Lac Noir

Pas trop le choix, il faudra redescendre avant de pouvoir manger. Je fais malgré tout un saut jusqu’au refuge histoire de profiter un peu de la vue.

Le Lac Cottepens et le Refuge des 7 Laux

La descente (par le sentier ouest) se révèlera par contre pénible. La première partie au niveau du verrou est raide et très casse-pattes. De nombreux blocs et micro-ressauts rocheux rendent la course assez risquée. Pas le choix, il faut descendre prudemment.

En approchant du chalet du Gleyzin de la Ferrière, il devient enfin possible d’accélérer. Là, pour le coup, je n’ai qu’une idée en tête : rentrer à la voiture. J’y retrouverai — à mon soulagement — un paquet de biscuits datant d’il y a quelques mois. Toujours avoir des vivres dans la voiture !

Bilan

Une belle sortie en montagne, sur un secteur que je n’avais jamais fréquenté jusque là. Ça valait le détour.

Il y a, dans le secteur, des courses d’arêtes et des voies d’escalade. Pouvoir faire une course d’arêtes là bas, type arêtes du Mouchillon, avec approche et retour dans la même journée — et accessoirement les sacs qui vont avec ce genre d’activités — relève d’un objectif ambitieux.

La trace GPS

Total distance: 11765 m
Max elevation: 2148 m
Min elevation: 1093 m
Total climbing: 1213 m
Average speed: 1.28 m/s
Download file: 7_Laux-notime.gpx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.