Le Pluviomètre depuis Le Collet

Pendant le confinement, nous nous sommes fixé pour objectif de tester le résultat de notre entraînement sur un kilomètre vertical. Le Pluviomètre (2 060 m), sommet proche et dont une partie est justement balisée « KMV » s’est donc naturellement imposé à nous.

Il ne restait plus qu’à trouver un créneau : un jour de congé de posé, le petit chez la nounou… Voilà, nous avons la journée pour y arriver.

La première partie déroule assez bien, et nous parvenons en 1h30 au niveau du chalet de l’Arpette.

Le chalet de l’Arpette, sur son promontoire

Puis nous décidons de continuer par l’arête W, décision qui nous a « mis dedans » niveau timing. Dans l’idéal, nous aurions bien aimé atteindre le sommet en moins de 2 h. La configuration de l’arête, entre bartasse et passages exposés, nous a fortement ralentis.

Attention, si l’arête paraît débonnaire côté Arpette, elle s’avère plutôt raide sur son versant S (Combe Madame). Une chute à cet endroit pourrait avoir des conséquences désastreuses.

Passage d’escalade imprévu sur l’arête W

Nous arrivons au sommet au bout de 2h25, contents de nous malgré tout.

Arrivée au Pluviomètre

Pendant la pause, le ciel se couvre, et le Rocher d’Arguille se retrouve pris dans les nuages. En une petite vingtaine de minutes, les parapentistes ont disparu ; il est temps d’attaquer la descente.

La descente dans le vallon s’avère très simple, bien plus que ce que nous avions supposé depuis le bas. Le reste de la descente est sans histoire.

Pour voir toutes les photos, je vous invite à vous rendre sur l’album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.